Une légende raconte que des lynx rouges saillissent des chattes de fermes isolées. Celles-ci donnent ensuite naissance à des chatons ayant les caractéristiques de ce double héritage: les traits du lynx rouge et un tempérament de chat domestique. Et ceci depuis plusieurs siècles, depuis l'arrivée des premiers chats domestiques amenés par les émigrants européens.
Elle raconte: "Un jour, un bobcat affamé et sans territoire sort de la forêt en quête de nourriture. Il trouve sa pitance près d'une ferme en même temps qu'une gentille petite chatte domestique en chaleur. Le bobcat laisse un souvenir à la petite femelle avant de s'évanouir dans la nature. Les chatons hybrides (mi-chat, mi-bobcat) qui sont nés de cette rencontre fortuite ont été plus tard appelés “ Chats de légende ” (marque déposée) par Carol Ann Brewer, fondatrice de la race.
C'est en 1985 que Carol Ann Brewer, de StoneIsland Cattery, lança le début du programme des pixiebobs; Elle acquit un chaton, un petit mâle supposé avoir un tel héritage : né d'une mère polydactyle (c'est à dire possédant un nombre de doigts supérieur à la normale : six ou sept au lieu de cinq sur les antérieurs, cinq ou six au lieu de quatre sur les postérieurs), et d'un père supposé être un bobcat : Sacha, lui-même polydactyle. De deux autres chats " de légende "™ (nom donné aux chats présumés issus de croisement entre chat domestique et bobcat), Keba of Stoneisland et Maggie of StoneIsland, naquit " Pixie ", une femelle à l' allure incroyablement sauvage. A partir de ces lignée commença de se créer le " pixiebob ". Certains pixiebobs ont gardé le caractère polydactyle de Sacha.
En 1994, le pixiebob entrait en catégorie V à la TICA (The International Cat Association).
En 1995, il entrait en NBC (New Breed and Color Category)
Le 1er mai 1998, une nouvelle race était née aux États-Unis: le pixiebob pouvait concourir en championnat.
Puisque la légende raconte la rencontre entre un félin sauvage, le bobcat, et le chat domestique, se pose la question du caractère génétique des pixiebobs. Ont-ils gardé trace, dans leurs gènes, de leurs ancêtres bobcats? Il s'avère que les tests sanguins effectués sur des pixiebobs n'ont donné aucune preuve d'un caractère hybride chez le pixiebob.  
la grande majorité des pixiebobs se trouve aux Etats-Unis où la TICA (The International Cat Association) en enregistre près de 2000.
Les Américains ont exporté des pixiebobs, notamment au Canada où ils sont reconnus, mais aussi au Japon, en Italie et en France.
Deux des caractéristiques du bobcat le distinguent du lynx: une queue striée (alors que le lynx n'a que le bout de la queue noir), des oreilles plus petites, arrondies, avec une mèche de poils noirs (beaucoup plus petite que celle qui orne les oreilles du lynx) et une tache blanche, rappelant un oeil qui regarde (absente chez le lynx.) Source: Société de la faune et des parcs du Québec, 2002, avecnos remerciements pour leur autorisation d'utilisation de ces documents.
ci-dessous images du bobcat référence de Carol Ann Brewer, fondatrice de la race du pixie-bob: le petit bobcat roux du Grand Nord-Ouest des Etats-Unis. photos: © Dennis Donohue

vous aimerez peut-être aussi

Back to Top